ANNUAIRE DES ENSEIGNEMENTS DE L'IEE

français anglais

Retour à l'annuaire        Version imprimable

Villes globales, villes monde, métropoles et mondialisation

Global cities, city-world, megapoles and globalization

EUA1VGMC

BERTHO Alain , professeur, Directeur de la MSH Paris-Nord

2017/2018, semestre 1, mercredi 09h00-12h00 (30.00h, 3 ECTS),

Diplômes concernés : Tronc commun, M1GC, M1VG, M2CERI

Bloc cursus : 2-Sociétés, 3-Contexte, 4-UE Libres, 5-UE spécialisées

Descriptif
La mondialisation est urbaine et la ville est mondialisée. La «Ville globale» analysée il y a vingt ans par la sociologue américaine Saskia Sassen est devenue la figure dominante des métropoles géantes qui se sont développées sur tous les continents. Partout la modernité et la finance y côtoient la pauvreté et les bidonvilles. Partout les flux de marchandises, de capitaux et de population y bouleversent les anciennes conceptions de la ville et de ses modes de gouvernement.
La ville industrielle a été le cadre, et le moteur, d’une mise en ordre fondamentale de la vie et des rapports humains : séparation du travail productif et de la vie sociale, parachèvement de la séparation de l’espace public et de l’espace privé, sur-rationalisation d’un urbanisme pris entre le vertige de la démiurgie sociale et la puissance de la réglementation étatique.
Cette figure de la ville principalement européenne est à la fois le cadre et l’objet de luttes politiques et sociales qui, à leur tour, s’inscrivent dans l’espace urbain. Institutionnellement, cette ville industrielle a aussi été l’adossement d’un face à face social et politique de la localité et de l’État national, lieu d’enracinement d’une citoyenneté avant tout nationale.
Cette figure de la ville est profondément ébranlée par les processus de métropolisation dans lesquelles les logiques financières et rentières dominent les vieilles logiques industrielles. Dans la Planet of Slums décrite par Mike Davis (traduction française : Le Pire des mondes possibles) les banlieues sont devenues Monde.

English summary
Globalization is an urban phenomenon while the city is globalized. The "global city" analyzed twenty years ago by the American sociologist Saskia Sassen has become the promient figure of the gigantic metropolises which have mushroomed on all the continents. Everywhere modernity and finance go side by side with poverty and slums. Everywhere the flows of goods, capital and population disrupt the old conceptions of the city and its modes of governance.
The industrial town has been the framework and the booster of a fundamental ordering of living and human relations : separation of productive work from social life, complete separation of the public and the private spheres, super-rationalisation of an urban planning trapped between the vertigo of social demiurgy and the power of central state regulation.
This figure of the city, which is mainly European, is at the same time the framework and the object of social and political stuggles which, in turn, become rooted in the urban space. Institutionally, this industrial city has also been the breeding ground of social and political confrontation between local government and central government, a ground where citizenship – mainly for nationals – got rooted.
This figure of the city is deeply shaken by the metropolization processes in which the finance and profit logics dominate over the old industrial logics. In the Planet of Slums described by Mike Davis (French translation : Le Pire des mondes possibles) the suburbs have become the world itself.

Bibliographie

Retour à l'annuaire

fleche