ANNUAIRE DES ENSEIGNEMENTS DE L'IEE

français anglais

Retour à l'annuaire        Version imprimable

Analyse critique de la construction européenne

EUA3ACCC

NIKONOFF Jacques, professeur associé

2017/2018, semestre 1, mardi 15h00-17h30 (30.00h, 4 ECTS),

Diplômes concernés : M2CEP, M2CER

Bloc cursus :

Descriptif
Le système mis en place à partir de la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA) entrée en vigueur en juillet 1952, puis du Marché commun en 1957, et dénommé aujourd’hui « Union européenne », prend l’eau de toutes parts. Le Brexit du 23 juin 2016 restera-t-il dans l’histoire comme le symbole de la fin de l’Union européenne ? Ce dernier évènement ne peut susciter aucune surprise, tant la crise est profonde et nécessite des remises en cause auxquelles les dirigeants européens résistent systématiquement. Pourtant les alertes sont pressantes et incessantes, au point que le prix Nobel d’économie Paul Krugman a qualifié les mesures prises fin juin 2012 de « ridicules et insignifiantes », tandis qu’un autre prix Nobel, Joseph Stieglitz, parlait de « politique criminelle » à propos de l’euro.
Précisément, les pays de cette zone sont particulièrement touchés. Tous les facteurs qui concourent au bien-être des populations sont en déclin : le chômage atteint des records, plus de 20% de la population active dans certains pays et plus de 50% pour les jeunes ; les systèmes de santé sont à l’abandon comme de nombreux autres services publics ; le système éducatif voit ses moyens réduits ; l’accès au logement est difficile...
La politique menée jusqu’à présent dans la zone euro n’a donc pas donné de résultats positifs dans les pays qui en font partie. Mais il y a plus grave. Cette politique, à l’échelle internationale, agit comme les « trous noirs » de la cosmologie : « s’effondrant sur lui-même, l’astre vieillissant aspire tout ce qui se trouve à proximité » (Roland Hureaux, Marianne 2, 1er juillet 2012). Ainsi les économies en Chine et aux États-Unis sont-elles en fort ralentissement, à cause, notamment, des politiques menées dans la zone euro. En retour il y aura un effet boomerang qui affligera encore un peu plus les pays de la zone euro.
Comme toujours, il n’y a pas de consensus sur les causes et les solutions à apporter à cette situation. Qu’il s’agisse des responsables politiques, économistes, intellectuels de diverses disciplines, le débat fait rage. Deux grandes options sont en jeu : la première est l’approfondissement du fédéralisme ; la seconde est le respect de la souveraineté nationale de chaque pays, dans le cadre d’une Europe à géométrie variable disposant d’une monnaie commune et non plus unique.
Faudra-t-il, pour construire l’Europe, déconstruire l’Union européenne ?

Retour à l'annuaire

fleche